Éditions Didier, 2021
Lexique
B2
adultes

Renouer avec les maths

1. Écoutez. Choisissez la bonne réponse.

0:00 / 0:00
  1. a. Quelle est la particularité du professeur de mathématiques, Nicolas Lemoine ?

    • Il conçoit des méthodes d'enseignement innovantes.
    • Il fait travailler les élèves principalement sur ordinateur.
    • Il utilise l'espace de la classe pour travailler en sous-groupes.
  2. b. Pour Nicolas Lemoine, le plus important est que les élèves :

    • s'amusent en classe.
    • changent souvent d'activité.
    • puissent choisir ce qu'ils veulent faire.
  3. c. Nicolas Lemoine utilise les jeux en classe pour :

    • développer la curiosité des élèves.
    • aider les élèves dans leur apprentissage.
    • expliquer de nouvelles règles aux élèves.
  4. d. Pour Nicolas Lemoine, les activités proposées dans les manuels de mathématiques…

    • sont trop abstraites.
    • sont peu motivantes.
    • sont trop compliquées.
  5. e. L'idée du dispositif « M@ths en-vie » est d'enseigner les mathématiques :

    • sans utiliser aucun matériel.
    • en lien avec d'autres matières.
    • à partir de tout ce qui nous entoure.
  6. 2. Quels sont les jeux que Nicolas Lemoine utilise en classe pour enseigner les mathématiques ? Cochez les bonnes réponses.

    • latelier_b2_web_u06_05a
    • latelier_b2_web_u06_05b
    • latelier_b2_web_u06_05c
    • latelier_b2_web_u06_05d
    • latelier_b2_web_u06_05e
    • latelier_b2_web_u06_05f
 Transcription 

– Moi, j'ai pas envie qu'un élève sorte du cours de maths ou vienne en cours de maths avec la boule au ventre, en disant : « Ah là là, c'est des maths, c'est dur, je vais pas aimer, je vais rien comprendre. » Et donc, je cherche un peu partout ce qui se fait ailleurs et pour essayer de le mettre en œuvre.

– Vous venez d'entendre un homme qui va refaire parler de lui dans la décennie qui s'ouvre : Nicolas Lemoine a 42 ans. Ce professeur a été l'un des premiers à mettre en place la classe inversée : les élèves reçoivent des cours en ligne chez eux et font leurs devoirs en classe. Aujourd'hui, il est aussi formateur et inventeur de nouvelles méthodes pédagogiques autour du jeu et des mathématiques. […] Il est vrai que Nicolas Lemoine a d'abord un principe.

– Prendre du plaisir, moi, pour moi c'est vraiment la base, c'est-à-dire que les élèves et l'enseignant prennent du plaisir, qu'on sorte d'une heure de cours, on dit, voilà on a passé, les élèves ont passé un bon moment, ils ont appris des choses mais en ayant passé un bon moment, que le cours de maths soit pas un cours où ça soit le silence absolu, et où on fait juste écouter l'enseignant. Et que je sois plus là comme un guide.

– Un guide en recherche permanente des meilleurs outils pédagogiques. Il observe ce qui se fait ailleurs, il l'applique dans ses cours. Il a été l'un des premiers à enseigner en classe inversée. Aujourd'hui, il développe le lien entre mathématiques et jeu.

– Il y a les « escape game » qui sont assez en vogue et pour lequel on en voit de plus en plus apparaître, mais aussi tout simplement des jeux de plateaux classiques qu'on peut un peu détourner. Moi, je dirais que pour apprendre le calcul mental, un bon Monopoly, ça marche toujours bien, parce qu'on donne tant, il faut rendre tant. Il y a aussi des jeux numériques qui peuvent exister, pour motiver davantage les élèves, et les rendre plus autonomes, et plus collaboratifs, coopératifs dans leur travail. […]

– Nicolas Lemoine réfléchit déjà à d'autres pistes pour enseigner différemment et s'inspire de ce qui se pratique à l'école primaire.

– Actuellement, il y a beaucoup de choses qui sont autour de rapprocher les mathématiques du quotidien et du réel des élèves. Il y a un dispositif qui s'appelle « M@ths en-vie » qui a été développé par un collègue de Savoie et qui dit : il faut se ramener à des situations concrètes pour les élèves parce qu'ils ont envie de résoudre des situations qui les touchent. Mais les situations qui sont proposées dans les manuels, elles sont souvent un peu artificielles. Donc, lui, il part de photographies, il y a des maths partout, les plafonds ils sont carrés, il y a des angles droits sur toutes les portes, sur toutes les fenêtres. Quand on regarde un magazine, il y a des statistiques, donc il y a des graphiques. Voilà. Et donc de partir d'un quotidien d'élèves et idéalement que eux aussi fabriquent des problèmes et mettent au défi leurs camarades. […]

France Info