Éditions Didier, 2021
Compréhension de l'oral
B2
adultes

Attirer un public

1. Écoutez. Choisissez la bonne réponse.

0:00 / 0:00
  1. a. Pourquoi Anaïs Dautais Warmel a-t-elle choisi le nom « Les Récupérables » pour sa marque de vêtements ?

    Parce que ce nom :

    • lui rappelle son enfance.
    • permet de rassembler les gens.
    • est facilement compréhensible.
  2. b. Avant de créer sa marque, Anaïs Dautais Warmel travaillait dans une entreprise :

    • de design et création.
    • de fabrication de tissu.
    • de valorisation de vieux objets.
  3. c. Qu'utilise Anaïs Dautais Warmel pour créer ses vêtements ?

    • Des accessoires.
    • De vieilles robes.
    • Du linge de maison.
  4. d. Pour Anaïs Dautais Warmel, choisir un vêtement c'est :

    • changer d'univers.
    • privilégier l'apparence.
    • exposer sa façon de penser.
  5. e. Anaïs Dautais Warmel travaille :

    • au niveau local.
    • à l'échelle européenne.
    • partout dans le monde.
  6. f. Les employés d'Anaïs Dautais Warmel sont des personnes :

    • qui ont un esprit créatif développé.
    • qui on toujours travaillé dans la mode.
    • qui doivent se réintégrer dans le monde du travail.
  7. 2. La marque de vêtement d'Anaïs Dautais Warmel s'appelle « Les Récupérables ». Réécoutez le document et complétez les mots ci-dessous, en lien avec le concept de « réutilisation ».

    1. L'art de la r.

    2. Un lieu qui gère le r de biens.

    3. Une mode d.

    4. R les textiles.

    5. R v à des fins de rouleaux de tissu.

 Transcription 

– La création quand on y goûte ou plutôt on la libère, ben elle s'exprime dans toute chose.

– Anaïs Dautais Warmel, fondatrice de la marque de prêt à porter « Les Récupérables ».

– Je me suis souvent posé la question d'appeler cette marque Anaïs Dautais Warmel. J'avais envie qu'elle soit plus universelle que ça et dans « Les Récupérables », il y avait quelque chose qui définit tout le monde et qui est finalement fédérateur.

– Anaïs Dautais Warmel a été initiée à l'art de la récupération par sa grand-mère. Après avoir exercé dans des lieux qui gèrent le recyclage, la réutilisation et la revente de biens, elle lance sa marque « Les Récupérables » en 2016 pour sublimer la mode durable. Elle revalorise des textiles comme des rideaux à fleurs vintages, des draps, des nappes qu'elle transforme en robes, pantalons ou vestes. La créatrice redonne vie également à des fins de rouleaux de tissus d'autres marques. Un parti pris qui utilise l'existant comme ressource à part entière pour créer, avant tout, des collections de mode. […]

– C'est aussi un moment artistique de choisir ses vêtements, et pour moi, aller vers le vêtement, c'est bien au-delà des apparences, c'est, c'est sa confiance en soi, c'est ne ressembler qu'à soi-même. C'est aussi une façon de projeter ses idées, ses idéaux de façon concrète.

– Anaïs Dautais Warmel revalorise le textile en le réutilisant et réhabilite aussi le travail en produisant ses collections dans des ateliers d'insertion.

– Aujourd'hui, le travail en insertion c'est 80 %. Après, la production, ça reste 100 % en France, c'est tout simplement du bon sens, c'est pas simple de faire du made in France. C'est aussi travailler au local, permettre à des personnes qui sont éloignées de l'emploi de retrouver la dignité par l'activité économique. Ce sont soit des personnes qui ont un travail extraordinaire en couture, un savoir-faire, soit qui viennent se former. […]